Jardin Sablier

 

MICHÈLE PLOMER

Édition Marchand de  Feuilles

2007, 92 pages

 

 

NOUVEAU MOT :

Dictionnairelarousse2008

 

SÉRAPHIQUE:   "Pour le citadin, le chevreuil est une créature séraphique, mais le jardinier rural craint leur passage comme la peste. " p. 16

DÉFINITION: adj. 1. relatif aux séraphins, aux anges  2. Litt. Digne des anges; éthéré.

 

EN RÉSUMÉ:

Ma cathédrale, c'est la clôture qui entoure mon potager.  Il faut comprendre que dans ce coin de pays, une clôture d'au moins deux mètres et demi est indispensable pour le jardinier qui désire se nourrir et non entretenir les hordes cornues qui errent la nuit.  Les chevreuils.  Malgré leur air innocent, ces malappris peuvent en un battement de leurs beaux grands cils raser complètement un jardin.  Pour le citadin, le chevreuil est une créature séraphique, mais le jardinier rural craint leur passage comme la peste.

Herbier des Cantons-de-l'Est, le jardin sablier est un livre-calendrier qui a le même effet sur l'âme qu'une visite chez l'herboriste ou un après-midi couché dans l'herbe.  Une vie lente, réglée par les demandes du jardin, y est décrite avec émotion.  Pivoines attachées, oeillets d'Inde, haricots en guirlande guivrée et bottes de caoutchouc deviennent les personnages d'une intrigue terrestre qui cache une histoire d'amour.

Le livre de Michèle Plomer inspire une vie dépouillée, simple, qui commande l'essentiel.

MON HUMBLE AVIS:

Un livre que Michèle Plomer à mis huit ans à écrire.....  Un livre qui a remporté un prix et reçu des mentions ..... Un livre calendaire qui m'a énormément plu et touchée ..... par sa sensibilité .... pas sa simplicité .... pas son humilité ..... une plume tout en verve  ..... une prose magnifique !! 

Cette auteur décrit humblement sa relation avec la terre ..... avec son jardin ..... mais encore plus avec son âme liée à cette terre .... enracinée dans l'amour du jardin accordée dans les gestes du quotidien ...... arrosage, binage, bêchage ..... prennent une signification tout autre dans ces pages ..... tout au long des mois elle nous relate ses souvenirs d'enfance, des rencontres merveilleuses, des expériences douloureuses,  des petites victoires grandioses, des tranches de vie aussi savoureuse que les platées de légumes de jardin bien croustillants sautés au beurre et croquants !!

Un beau récit que l'on déguste mois après mois .... de saison en saison .... voguant d'émotions en émotions .... au rythme de la fourche, du rateau ou de la pioche ....

Une histoire de coeur .... une histoire d'amour .... une histoire de symbiose avec le milieu .... avec la nature .... avec les fleurs .... avec SON JARDIN !! 

Nous y retrouvons l'histoire d'une jardinière enfant .... d'une  jardinière adolescente ..... d'une jardinière jeune adulte et finalement d'une jardinière aguerrie mais heureuse ... qui nous partage sa passion pour la terre .... pour la VIE ... toute en simplicité et écrit avec finesse !!

À lire ....  si vous aimer flâner au jardin pour vous y reposer après une dure journée de labeur .... en observant un timide papillon coloré s'abreuver aux gouttelettes d'eau miroitant sur les tiges des échalotes ....

TRANCHES DE VIE OU TRANCHEs DE MOT :

Dans les brumes de mes souvenirs d'enfance qui me revienne en tranche de vie à l'esprit ..... il y a des odeurs de terre chauffée par le soleil .... de caresses de chat venu se frotter sur mes genoux plein de cette terre .... il y a des livres abandonnés au coin du garage à l'ombre que j'aimais feuilleter entre deux désherbages ..... le sourire de mon père et la complicité qui nous unissait tant dans le silence du travail bien fait .....

J'aimais admirer les longues rangées de carottes, de betteraves, d'oignons, de navets, d'échalotes ..... bien alignées .... bien droites et fières ..... ensuite venait le coin des citrouilles et des courges plus dissipées .... mais si jolies en période de floraison ..... et tout au bout de ce long jardin rectiligne .... il y avait les framboisiers ...... bien alignés et dressés à l'aide de piquets de cèdre ..... où les chats aimaient aller se réfugier ..... difficiles à tailler sans s'égratigner mais tant aimé pour ses merveilleux petits fruits délicieux lors de la récolte  .....

Nous avions une haie de Dahlias roses foncées qui bordaient fièrement ce grand jardin .... une haie de groseilles tout près du muret de pierre cohabitaient avec leurs confrères les gadelliers ..... les pots de gelée de gadelles s'entassaient dans notre garde-manger à ma grande joie .... je ne pouvais me rendre au jardin sans un petit détour pour une poignée de groseilles ou de gadelles pour savourer ainsi  les délices de la terre qui poussaient si bien grâce à nos soins ..... et que dire d'une bonne carotte bien chaude et essuyée à même la rosée de la pelouse que je croquais avec délices et fierté au coeur de l'été ....

Quand la vivacité des mouches noires se faisaient trop sentir je me réfugiais dans ma chambre aux murs en mansarde où  mon grand lit se transformait parfois en radeau ... parfois en château ... parfois en jungle africaine .... parfois en jardin anglais  fleuris  ..... souvent en grenier poussiéreux remplis de rêverie ... de livres et de chats .... comme j'aimais ma vie à la campagne .... entre les montagnes, les ruisseaux, les jardins, les livres, les chats, où le temps semblait s'écouler simplement où la vie était douce  et simple à la fois loin des tracasseries de l'école et de la ville .... un petit village niché au creux des montagnes où je cultivais mon amour de la terre,  des animaux, de la nature et  des mots ...

Tout en haut de la côte nous y cultivions aussi un grand jardin mais celui-ci à plus grande échelle :  carré de plants de patates avec les vilaines bestioles à écraser chaque année, de longs rangs de plants de maïs qui fesaient ma joie l'automne venue ... de longs filaments de  courges spaghettis serpentaient aussi sur la côte .... j'aimais me retrouver là-haut aussi pour ma balançoire accrochée solidement sous le pommier ... j'aimais m'y balancer des heures en admirant au loin le majestueux mont Orford,  dans la lumière dorée de fin de journée ....

Mais il y avait aussi les chevreuils ....

Les chevreuils, ces bêtes magnifiques  ayant toujours fait partis de mon enfance à la campagne .... avais la faculté d'émouvoir  mon coeur de petite fille mi-campagnarde mi-citadine que j'étais !!  Créature éthérée: impalpable, aérienne, très pur ..... de vrais anges descendus du ciel pour embellir la terre de leur grand cou gracile .... de leur longs cils gracieux ..... de leur oeil charmeur et fragile à la fois ..... de leur queue en forme de drapeau blanc .... porteur de paix, de beauté , de pureté .....  mais ils grignotaient nos récoltes de jardinier ces curieuses petites bêtes qui descendaient au village faire leur épicerie dans le potager de notre famille .....  alors comme je les admirais et les craignais à la fois ..... annéantissant le travail d'un été en une seule nuit .... 

SÉRAPHIQUE: quel beau mot ...... on dirait un mélange entre séraphin et elfique ..... CRÉATURE SÉRAPHIQUE ...... créature magique .... j'aime la résonnance de ce mot en bouche ..... qui coule .... qui est un mot cristallin et pur ..... j'ai croisé plusieurs mots nouveau en lisant Michèle Plomer une écrivaine qui écris lentement mais sûrement .... de très beau texte qui se lisent indépendamment d'un mois à l'autre .... un livre que j'aurai beaucoup de plaisir à relire à chaque saison .....

Bonne lecture à vous tous et savourez ce nouveau mot:  Séraphique !!  ou redécouvrez-le si vous le connaissiez déjà !!

carnetcoupdecoeur