ruelles demontréal 3

 

NICOLE LACELLE

Broquet

144 pages

 

EN RÉSUMÉ: 

Oeuvres d’art et graffitis, déchets et débris, recyclage spontané, batailles de matous, portées de minettes, aménagements paysagers, ramasseux de ferraille, mouffettes affairées, ratons laveurs égarés, tacots irrécupérables et voitures neuves à l’abri des passants, meubles jetés et linge qui sèche, vélos abandonnés et pissenlits indéracinables, on trouve de tout dans les ruelles de Montréal, paradis du photographe.

"Avant de signifier  une allée à l’arrière des maisons, le mot « ruelle » désignait l’espace entre un lit et le mur ou entre deux lits, donc un passage étroit. 

La ruelle n'était pas encore apparue que la multiplication des bâtiments contigus obligeait à ouvrir des voies de service donnant accès au cours arrière.  D'abord apparurent les portes cochères s'ouvrant sur des tunnels menant à une cours arrière où on livrait et entreposait bois de chauffage et matériaux divers.  S'y ajouteront à certains endroits des hangars ou des abris.  La "vraie" ruelle apparaît en 1846 avec la mise en vente des grandes fermes bourgeoises et la planification urbaine pensée par des architectes britanniques.

Tout au long de cette fin de siècle et jusqu’en 1930 environ, diverses  sortes de raisons ont contribué à la multiplication des ruelles : codes du bâtiment visant à dissimuler déchets, livraisons, cordes à linge, pensions pour chevaux ; boom immobilier à cause de la demande croissante de logements ouvriers. Ces derniers étaient construits sur des lots étroits; pour réduire les coûts et mettre à profit l'espace exigu,, les portes cochères furent remplacées par des voies parallèles aux rues  donnant accès à l’arrière des lots. 

Aujourd'hui , selon Yves Séguin, Montréal compterait 450 kilomètres de ruelles principalement dans les vieux quartiers..."  p.7 introduction

MON HUMBLE AVIS:

Un très bel ouvrage tout en photographies aussi belles et surprenantes les unes que les autres !!  Incluant de cours textes pour nous mettre en situation et nous expliquer une partie de l'histoire de ces ruelles de la ville de Montréal. 

Les ruelles sont plus que de petites rues pour accéder à l'arrière des bâtiments elles sont aussi souvent le théâtre du quotidien .... de petits racourcis pour les passants en été .... des terrains de jeux pour les enfants du quartier ... un territoire rêvé pour s'inventer un univers de jeu ou encore pour une partie de hockey-bottine .... les animaux adorent les poubelles des ruelles et les murets pour y effectuer leur siestes ... les mécaniciens en herbe s'en servent temporairement de garage en plein air ... une piste cyclable pour petits débutants ... par beau temps un séchoir à air ciel ouvert traversé par les nombreuses cordes à linge et la symphonie de vêtements colorés, parfois allées fleuries, parfois plus délabrée mais ayant toujours une histoire à raconter !!!

J'adore regarder les escaliers en colimaçon des arrières cours ... je les trouve jolies ... souvent colorés je m'y suis aventuré que très rarement dans ma vie ...vertige oblige mais je les trouve charmantes et très peu photographiées .... dans ce beau grand livre j'ai retrouvé avec joie de belles photographies les mettant à l'honneur !!!   Les photos de chats m'on aussi bien plues !!

Et que dire des ruelles en hiver !!  L'auteur en dit si joliment : " On dirait des venelles médiévales ou des allées de petits villages"p.101  Elles deviennent le paradis presqu'exclusif des enfants ....pour y jouer dans la neige, y jouer au hockey ou encore faconner les plus beaux bonshommes de neige !!  Les piétons et automobilistes les évitent n'étant pas déneigées .... alors on se croirait à la campagne dans la grande ville ....  Les images hivernales ont vraiment su me charmer assez pour m'y aventurer l'hiver prochain avec mon appareil photo pour y croquer à mon tour de si beaux clichés !!

Les ruelles sont aussi le lieu de l'expression artistique ... il est courant de voir une porte de garage peinturlurée ... de découvrir une fresque gigantesque et coloreé suivant l'architecture du bâtiment .... artistes ou gribouilleurs s'en donnent à coeur joie dans ces lieux moins à la vue de tous ....  Place ici à la fantaisie et à l'imagination débridée de certains !!  En feuilletant ce livre j'y ai vu de très belles oeuvres d'art entourées de végétation jusqu'aux graffitis stylisés !! 

Pour moi petite fille qui a grandit dans une petite ville sans ruelle et surtout à la campagne .... les ruelles de la grande ville regorgent de trouvailles à mes yeux  ... de découvertes ....  je les qualifierais de greniers à trésor caché !!  J'aime m'y perdre en plein jour mais la nuit je les évite par prudence et par crainte d'y croiser un raton laveur égaré ou quelques personnes mal intentionnées ..... la campagnarde revient toujours très vite au galop !!

Bonne Lecture et surtout bonne ballade cet été ...  à la campagne comme à la ville !!

carnetcoupdecoeur