revenirdeloin

 

MARIE LABERGE

Boréal

617 pages

 

EN RÉSUMÉ:

Après dix-huit jours passés dan le coma, une femme se réveille.  Son esprit, sa capacité de penser en formules percutantes semblent intacts, mais elle n'émet aucun son et refuse d'ouvrir les yeux.  Les médecins, le personnel lui répètent qu'elle est tirée d'affaire, mais sa mémoire n'est plus qu'une page blanche.  Une jeune femme à son chevet se prétend sa fille, un homme vient lui parler comme si elle était son épouse alors que toutes les forces vives en elle lui hurlent que c'est impossible.  Il n'y a que ce jeune voyou qui soliloque près d'elle à longueur de nuit avec qui elle ressent une inquiétante complicité.

Elle n'a plus de passé et n'est pas pressée de retrouver celui qui était le sien, le soupçonnant truffé de déceptions et d'erreurs.  Les premières parcelles que sa mémoire lui rend sont des extraits de poèmes qu'elle reconnaît aisément sans pour autant décoder le moindre lien avec le passé.  Par contre, elle sait exactement ce que sa vie doit être désormais.   Ce qu'elle est prête à donner, ce qu'elle est prête à recevoir.

Dixième roman de Marie Laberge, paraissant exactement vingt et un ans après "Juillet", "Revenir de loin" marque un jalon dans sa production romanesque.  Elle y reprend tous les grands thèmes qui parcouraient ses oeuvres précédentes, mais en les portant plus loin qu'elle ne l'a jamais fait.  L'exigence amoureuse, l'importance de la vie des sens, les relations mère-fille, le deuil, le rôle rédempteur de l'art, la recherche sans compromis de la vérité, tous ces motifs se retrouvent ici exaltés dans un des textes les plus émouvants qu'elle nous ait donnés.

Comme toutes les oeuvres de Marie Laberge, mais à un degré supérieur, peut-être, "Revenir de loin" est un hymne à la vie pleinement choisie, pleinement choisie, pleinement vécue et pleinement assumée.

MON HUMBLE AVIS:

J'ai bien savouré ce roman tout en émotions, en questionnements et en quête de soi.....Par contre j'ai éprouvé quelques difficultés à "embarquer" dans l'histoire au tout début.....Le milieu hospitalier, le coma du personnage principal, son amnésie, son refus de vivre, un gros mari pas de classe, une jeune adulte pleurnicharde qu'on suppose être sa fille à son chevet, un voisin de chambre un peu barjo qui parle comme il marche qui vient la voir la nuit pour jaser...ouf plutôt déprimant comme mise en situation à prime abord.  Je ne me sentais pas la force de poursuivre.  J'ai alors rendu les armes et déposé le livre...pour mieux le reprendre quelques jours plus tard  et la magie à enfin (sans mauvais jeu de mots avec le monde hospitalier ;)  ).  J'ai finalement dévoré ce roman en quelques jours et passé du rire aux larmes plus d'une fois !

Yolande est un personnage comme je les aime finalement.  Elle retrouvera bien sûr graduellement la mémoire suite à une lente réadaptation.  On la suit donc dans son désir ambivalent de ne pas ouvrir les yeux et de rester dans le coma jusqu'à sa nouvelle vie qui s'ouvre à elle.  Une histoire tricotée au quotidien parfois drôle, parfois triste, parfois touchante et parfois très difficile comma la Vraie Vie sait l'être finalement!  Ce voisin de chambre quelque peu voyou, Steve, qui me tapait sur le "gros nerf" en début de lecture viendra finalement toucher le coeur de yolande et le mien par le fait même.

Avant son acciden,t Yolande oeuvre dans le monde de l'édition.  Elle révise et corrige les manuscrits et est une vraie passionnée des mots avec lesquels elle jongle quoditiennement dans son travail.  Elle est aussi passionnée par les dictionnaires, la poésie et les livres !  Sa mémoire reste longtemps figée dans le temps mais des brides et souvent des poèmes entiers lui reviennent en mémoire !  La très grande place que tiens la poésie à travers ces 600 pages m'a permis de faire de belles découvertes et m'a beaucoup plus !

Tout au long du roman il sera question d'une longue quête de vérité, de relations de couple plutôt troubles, de relations mère-fille tortueuses, de secrets bien enfouis, d'amitié féminine torturée et néfaste, d'une amitié naissante plutôt non-conventionnelle mais qui parlera d'elle-même, de la réadaptation physique mais aussi émotionnelle de deux êtres si différents, que tout opposent mais que la vie à décidé de réunir dans leur épreuves pour s'épauler et s'entraider pour en sortir vivant et encore plus fort.....d'une belle rencontre lumineuse le long de l'eau lors de longue marche d'après-midi, d'amour paisible, d'amour-passion déchirante, de mortalité, de petits et de grands deuils, de l'abîme de l'amnésie, de douleur sans nom et de joie sans égale, du sens profond de la Vie et j'en passe.....

Marie Laberge a su encore une fois m'emporter habilement dans un tourbillon d'émotions vives au quoditien à travers la poésie, les mots, la douleur et la joie !  Ouf !   Je m'arrête ici de peur de trop vous en dire......cette histoire complexe mérite d'être "démélée" par le lecteur lui-même lors de sa propre lecture !

À PROPOS DE L'AUTEUR:

Que dire de Marie Laberge....Sinon qu'elle est une des grands auteurs dans le paysage Québéçois de la littérature !  Qu'elle sait manier les mots comme des pointes de diamants qui parfois nous éblouissent et qui parfois nous déchirent....Un grand talent !

Les présentations sont ici probablement superflues!  Marie Laberge compte trente-cinq ans de carrière comme dramaturge et  romancière.  Elle est aussi connue au Québec que sur le continent Européen.  Avec "Revenir de loin" elle signe son dixième roman et elle compte également une vingtaine de pièce de théâtre à son actif!

Pour de plus amples informations sur l'auteur voir son site au  www.marielaberge.com , site bien constitué où nous pouvons revoir tous les fais marquants de sa vie d'auteur année par année.  On y retrouve également une description d'un de ses projets bien particulier: "Les lettres de Martha" qui en est à sa troisième année.  C'est un roman qui nous parvient graduellement "lettres par lettres" provenant de Martha le personnage principal de l'histoire.  Les lettres nous arrivent par le courrier et ce tout au long de  l'année.  Je m'y suis inscrite la première année et j'ai bien aimé l'expérience....mais comme la patience n'est pas une de mes qualités principales ...je n'ai pas récidivé l'année suivante ...j'aime trop "dévorer" l'histoire sans reprendre mon souffle quand c'est passionnant...ce qui n'était pas possible bien sûr avec les lettres de Martha....mais un très beau projet original qui perdure ! Bravo ! Sur le site web on retrouve également les voeux que l'auteur nous transmets pour l'année 2011 particulièrement touchant, en voici un cours extrait:

"....Je vous souhaite la douceur bleutée du jour qui descend et apaise toutes les inquiétudes qui ont encombré le jour..."  Que j'aime sa magie des mots ici !!

Pour pouvoir feuilleter l'exemplaire de "Revenir de loin" c'est possible de le faire au www.editionsboreal.qc.ca dans la section de l'auteur.

Bonne découverte !

TRANCHE DE VIE:

Si je dois ma passion des livres et de la lecture à quelqu'un c'est bien à ma petite maman !  Mais au contraire de moi, elle adorait les livres neufs !!  Elle aimait être la première à l'ouvrir, le respirer (oui oui elle humait le livre, le nez dedans !!) l'entendre "craquer", le manipuler, le couvrir pour ne pas qu'il soit abîmé par les petites mains avident de découvertes......elle a été longtemps responsable de la bibliothèque scolaire de mon école primaire.  Où souvent j'allais l'attendre en fin de journée.  Je m'y retrouvais donc seule pour quelques instants comme une reine en la bibliothèque de son grand château !  Le rêve......

Mais moi c'était (et c'est toujours!) les vieux livres qui me passionnaient.  Les livres écornés, tout usés par le temps, avec du vécu.....me parlent et m'attirent!  Leur parcours, leurs histoires me fascine....je devine qu'ils ont été lu soit dans l'autobus, au lit, dans le bain.....oups!  en buvant une gorgée de café...., à haute voix, en solitaire, plus d'une fois, une larme à parfois coulée et ondulée une page....J'aime bien les nouveaux livres aussi (la preuve je suis passée en librairie pas plus tard qu'hier !) mais la joie de découvrir un bon vieux livre est indescriptible!  Alors voilà pourquoi mon travail en bibliothèque me comble tant j'imagine!

Marie Laberge, raconte de façon exquise sur son site, une très belle anecdote à propos de ce "vécu" des livres.  Voici une image de son livre "Annabelle" qu'elle a eu la chance d'échanger un jour de conférence dans une école secondaire.  Elle a échangé son bel exemplaire tout neuf contre celui-ci tout abîmé de la bibliothécaire.  Raccorni et râpé il était en bien piteuse état mais pour Marie Laberge ce fût un coup de coeur !  J'ai bien envie de vous partager cette belle anectode ici:  (mais pour une meilleure lecture il est bien sûr préférable de vous rediriger vers le site de l'auteur):

marielabergeannabelle

Voilà !  Je vous souhaite la plus belle des lectures en espérant que vous aurez entre les mains un exemplaire tout neuf ou un peu râpé selon vos goûts ;)  Le mien était bien neuf, reçu en cadeau à Noël de la part de mon amoureux....mais j'y ai transmis un peu de mon "vécu" en éclaboussant la tranche de café, dégusté au coin du feu de foyer .....

Bonne Lecture !carnetcoupdecoeur